Conichichi

6/12/2004

J’adore J.P Marielle

Classé sous: — Nicolas @ 5:35 pm

Oui. Lui.

Pourquoi lui, me demanderez-vous, parce qu’il est excellent, il ne sait pas fourvoyé que dans des films intellos-chiantesque.
Le premier film qui m’a fait pensé, putain, mais il est énorme cet acteur, c’est les galettes de Pont-Aven, qui raconte l’histoire d’un VRP, Monsieur Serin, de la quarantaine, libidineux et peintre amateur, qui est tout le temps sur les routes pour vendre des parapluies.
Marié, à une femme bigote et coincée (enfin du moins le croit-il), il s’arrange pour avoir des aventures avec ses clientes de passage en peignant leurs bobines. C’est un peu une sorte de road-movie à la française, où lors des ses prospections, il rencontre des gens de la France d’en bas ( citation rafarinesque) hauts en couleurs.
C’est ainsi que le destin (en l’occurence un sanglier qui va se faire allégrement écraser par son outil de travail) va le mettre sur la route d’Emile, un artiste-peintre (joué par l’excellent Bernard Fresson) qui l’invite chez lui le temps que sa voiture soit réparée.
Il y fait la connaissance d’une Québecquoise, copine d’Emile, qui se fait traiter comme du pain pourri…

Outre les acteurs excellents, on y trouve aussi des tirades bien grasses mais bien gauloises, et drôles
allez un petit florilège :

  • ton cul comme il est beau, on dirait un Courbet, quel génie il faut pour peindre ça […]
    je vais le peindre en vert, en bleu, en rouge, en jaune, oh j’y passerai des jours des nuits des mois, si il le faut, ah non de dieu de bordel de merde …
  • Quand je pense que j’ai foutu ma vie en l’air pour ces 3 connards (en parlant de sa famille)[…]
    Tu la verrais cette conne, elle ne sait même pas ce que c’est une b*** […]
    Tu sens la p**e toi pas l’eau bénite

Je tiens à signaler que ce film n’est pas le seul de la collaboration Joël Séria / J.P Marielle, on trouve également Comme la lune, et Charlie et ses deux nénettes.

Comme la lune, est également très drôle et J.P Marielle réussit à faire passer un nanard (par son script) à un chef d’oeuvre ( peut être que le mot est un peu fort), et il y incarne un beauf libidineux avec beaucoup de justesse (dieu sait si je m’y connais en bof libidineux).
A VOIR EGALEMENT DONC !!!

Powered by WordPress