Conichichi

15/12/2004

Mamoru OSHII

Classé sous: — Nicolas @ 6:26 pm

Je dédie ce post d’aujourd’hui au génial réalisateur qu’est OSHII.

Ma première plongée dans l’univers d’OSHII (sans m’en rendre compte à l’époque), fut en regardant étant plus jeune la série urusei yatsura, connue chez nous sous le nom de lamu.
Certes ce n’est pas du tout une de ses oeuvres personnelles, certes l’adaptation suit plus ou moins fidélement le manga de Rumiko TAKAHASHI, mais au final je trouve cette série géniale,
de part son côté loufoque, absurde, drôle, icônoclaste, plumeau, père noël, pingouin, Georges :) :).
Faut dire quand même qu’au départ ce n’était pas gagné (faut croire que les gosses sont plus ouverts que les vieux cons),

  • car la série était bourrée de références au folklore et traditions japonaises, pas culturellement compréhensible pour des non-initiés à la culture japonaise
  • la version française (outre le générique pitoyable) comme il était coutûme pendant l’ère AB production, était massacrée, baclée, non respectueuse de l’oeuvre originale, rayez la mention inutile.

Là je m’égare en H.S, j’en reviens à Oshii.
Donc quelques années passent, et lors d’une convention de BD (le festival international de la bd pour ne pas le citer), je me procure le film de lamu, beautiful dreamer, après avoir lu la critique élogieuse, dythirambique dans l’animeland de l’époque (le numéro 24 pour les initiés).
Et là, je suis face à un OVNI. Vraiment le premier film qui regroupe les nombreux éléments du style particulier et personnel d’Oshii.
La perception du rêve et de la réalité, les nombreuses citations philosophiques ou culturelle japonaises, toutes les remises en question propres à Oshii.
Ce qui fait de ce film, un film intemporel, onirique, absurde (dans le bon sens du terme).
En fait il est à mille lieues de la série, car le script a été écrit par Oshii et est donc original, et d’autre part Oshii se permet de rendre certains passages très lents. (La série est normalement très mouvementé ;) :) )

Par la suite, j’ai pu voir Ghost in the shell, avalon (le premier film live que j’ai vu de lui), l’oeuf de l’ange (tenshi no tamago) film très riche visuellement parlant, assez abstrait car presque sans aucune parole, ce qui en fait vraiment un film d’auteur.
Ce film mérite un topic, tellement il est hors-norme.
Enfin dans les juste - vues, le premier film de patlabor (incroyablement politique) et Innocence (Ghost in the shell 2).

C’est vraiment un réalisateur atypique, possédant un univers très riche. La critique que j’ai pu voir de lui, est qu’il ne se renouvelle pas assez dans ses films, utilisant souvent les même concepts. C’est vrai par exemple que sa mascotte fétiche (son chien basset) apparaît dans quasiment dans tous ses films, on tourne également toujours autour des même remises en questions.
Moi ça ne me dérange pas, étant vraiment adepte de son univers.

Powered by WordPress